Bourse: un opérateur indien vient concurrencer la Stock Exchange of Mauritius



Après 30 ans de présence, la Stock Exchange of Mauritius (SEM) s’ouvrira à la concurrence avec la présence de la filiale d’une grosse pointure indienne. La Financial Services Commission (FSC) souhaite à travers cette nouvelle plateforme donner plus d’épaisseur au marché boursier.

Le paysage boursier sera appelé à changer avec l’avènement d’un nouvel opérateur. Il s’agit d’Afrinex, une filiale de la Bombay Stock Exchange, dont la nouvelle plateforme boursière, en voie d’être aménagée à Ébène, sera opérationnelle en mars. En visite officielle en Inde la semaine prochaine, le Premier ministre, Pravind Jugnauth rencontrera les promoteurs de cette nouvelle Bourse.

Détentrice d’une licence d’opération depuis novembre 2018, Afrinex, incorporée en mars 2018, se spécialisera dans le listing des titres, des produits dérivés ou encore des matières premières. À ce titre, le nouvel opérateur sera en compétition directe avec la SEM plus particulièrement dans certaines classes d’actifs. Interrogé, son Chief Executive, Sunil Benimadhu, soutient que «la société est ouverte à d’autres opérateurs à condition toutefois qu’ils apportent de la valeur ajoutée et que leur présence ne vienne pas fragmenter un marché déjà étroit». Bourses qui se complètent

C’est ce qui fait dire au Chief Executive Officer de la FSC, Harvesh Seegoolam, qu’en tant que centre financier, Maurice ne peut se contenter d’avoir une seule Bourse contrairement aux grands centres financiers mondiaux qui disposent de plusieurs opérateurs. Et d’ajouter que la FSC ne compte pas octroyer des licences à des Bourses qui seront en compétition directe avec celle de Maurice mais plutôt ouvrir de nouveaux créneaux comme un Specialised Derivative Exchange ou encore un Specialised Spot Market Exchange. Une manière de rassurer la SEM en faisant comprendre que les deux Bourses se compléteront.

Or, dans les milieux de la FSC, l’avènement d’Afrinex trouve sa pertinence dans la stratégie affichée du centre financier d’attirer des sociétés indiennes pour être cotées sur sa plateforme boursière. Et accessoirement d’utiliser la juridiction locale comme une plateforme pour accompagner les entreprises indiennes à investir en Afrique.

Même si la SEM ne le dit pas publiquement, elle appréhende l’arrivée d’Afrinex qui bénéficie de la force de frappe de la Bombay Stock Exchange, considérée comme une des plus anciennes Bourses asiatiques avec une capitalisation qui se conjugue en milliards de dollars. Internationalisation

D’ailleurs, la SEM refuse l’étiquette d’une Bourse domestique, rappelant la stratégie d’internationalisation engagée depuis 2013 avec le listing de plus de 156 nouvelles sociétés, dont 87 relevaient des entités du Global Business et autres sociétés internationales. Avec à la clé une capitalisation boursière dépassant Rs 90 milliards qui représentent un peu moins que le double de la capitalisation boursière du marché Development & Enterprise Market, occupé entièrement par les entreprises locales, s’élevant à Rs 50 milliards.

Mieux : la SEM est passée à une nouvelle étape de son développement avec la création d’un Africa Board, une nouvelle plateforme boursière qui se veut une vitrine pour les sociétés et autres produits financiers cotés sur ce marché. Objectif : positionner la Bourse de Maurice comme une plateforme de substance en Afrique, assurant la promotion de plusieurs classes d’actifs qui sont proposés en multiples devises.Avec pour but que 25 % de la capitalisation viennent d’Afrique en 2023.

Est-ce que la SEM a suffisamment musclé ses opérations pour faire face aujourd’hui à un nouvel opérateur ? Gros challenge en perspective quand on sait que la Bombay Stock Exchange est la seconde plus ancienne de l’Inde au service des investisseurs institutionnels avec le listing de 2 000 sociétés indiennes dont 200 sociétés en forte croissance. La Bombay Stock Exchange, une puissance asiatique

La Bombay Stock Exchange a été fondée en 1875 avec au départ un boom des actions de thé dans les années 1880 et 1890. Son premier bâtiment servant de siège social est inauguré en 1899, quatre ans après la pose de la première pierre. En 1899, l’Angleterre lève l’interdiction d’importer de l’acier indien et veut encourager les sidérurgistes indiens à lever des capitaux à la Bourse de Londres.

La Bombay Stock Exchange connaît un engouement autour des actions de charbon en 1904. En 1907, c’est la création de l’empire industriel Tata, puis la Bombay Stock Exchange vit un nouveau boom durant la Première Guerre mondiale. Entre-temps d’autres marchés d’actions se créent en Inde : 1908 est l’année de création de la Calcutta Stock Exchange. Ensuite ce sera la Lahore Stock Exchange en 1934, puis la Punjab Stock Exchange en 1936, les deux fusionnant par la suite. Une première loi de 1925 organise le système boursier indien, suivie d’une seconde en 1956 qui exige la reconnaissance par le ministère des Finances de tous les marchés boursiers.

La Bombay Stock Exchange est aujourd’hui située à Dalal Street, à Mumbai. En octobre 2007, la capitalisation boursière des entreprises cotées à la Bombay Stock Exchange était de 1 610 milliards de dollars, la plaçant comme l’une des plus grandes Bourses d’Asie du Sud et la dixième mondiale.

Source: lexpress.mu